Mon dernier test d’un jeu vidéo remonte à février. Non que je n’ai pas envie d’écrire à ce sujet, mais il faut avouer que cette année fut assez décevante en matière de loisir numérique. Pour tout dire, mes pads PS4 prenaient la poussière jusqu’à récemment : ce mois d’octobre a heureusement la bonté de nous offrir une poignée de titres intéressants. Entre “Sherlock Holmes : Crime & Punishment”, mon alibi intellectuel, et “La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor”, son petit frère débile, j’ai choisi de vous parler en priorité du second (notamment parce que <a href=“http://www.s2pmag.ch/2014/10/26/test-sherlock-holmes-crimes-and-punishments/”>Midori a publié son test de “Sherlock Holmes : Crime & Punishment”</a>).

Quand j’ai entendu parler de l’Ombre du Mordor pour la première fois, c’était dans un contexte peu flatteur. Un développeur d’Ubisoft prétendait que le jeu reprenait les assets d’Assassin’s Creed 2, en particulier les animations et - par extension - le contexte dans lequel celles-ci sont employées. À la sortie du titre, la polémique était retombée et les notes étaient plutôt positives, aussi ai-je fait le pas. Une des ironies du marketing se vérifie : la publicité négative peut vendre, tout autant que la publicité positive…

Click here to see the full blog post