Douchebag Sheriff

Personnages présents

  • Ki Qua
  • Jeanne Lefèbvre
  • Meng Zhude
  • Fernand Legoffe

Date

11.03.2018

Court résumé

0_1523516039572_Screen Shot 2018-04-12 at 08.53.33.png

De retour de la cité des ombres, le groupe discute avec la troupe d’acteurs et convient de voyager en sa compagnie, afin de se protéger des dangers de cet univers inconnu. Non avant de recevoir une nouvelle série de prédictions du Marchand Ambulant, nos investigateurs dérobent le compas des ombres afin de pouvoir suivre le portail qui les mènera jusqu’au palais des Seigneurs de la Guerre mandchous, à Harbin. Ils s’entendent avec Guang Ying pour restituer le précieux artefact lors qu’il retournera à la pagode.

Durant le trajet, Zhude s’entretient avec le Maître des Arts - le chef de la troupe d’acteurs - qui sous-entend pouvoir le soigner en échange d’un bien précieux, dont notre alchimiste n’est manifestement pas en possession. Zhude se met dès lors en quête d’un présent à la mesure de sa requête et découvre qu’une actrice détient une pièce de fortune, qu’elle met en jeu contre la moitié de la graisse blanche trouvée à la cité des ombres. Évidemment, Zhude perd. En proie au désespoir, il n’est sauvé que par l’intervention fortuite de Qua, qui mise la seconde moitié de la graisse, ainsi que le précieux collier de sa grand-mère pour une deuxième partie qu’elle remporte haut la main. Disposant désormais d’une pièce de fortune durement acquise, le groupe hésite à l’utiliser pour soigner Zhude immédiatement. Nos investigateurs obtiennent plutôt audience auprès du Maître des Arts en vue de découvrir ce qu’il serait prêt à leur offrir un échange de la pièce. L’ombre prétend certes pouvoir soigner Zhude et ajoute pouvoir faire bien plus si les mortels acceptent de lui restituer une urne de jade contenant les cendres de ses ancêtres. Tous ces mystères soulèvent une question : le Maître des Arts serait-il le légendaire Écorcheur Céleste ? Interrogé sur ce sujet, l’ombre répond par la négative.

La troupe fait halte dans un obscur hameau, après quelques jours sur les flots. À en croire le régisseur, elle doit se produire sur place. Sans y laisser paraître, nos héros font partie du spectacle : ils sont conviés à se rassasier de riz et de thé à une table, devant laquelle un rideau s’ouvre soudain, les livrant en pâture à un public d’ombres dans les attentes leur échappent. Ils supputent judicieusement que les spectateurs sont simplement satisfaits d’une représentation de la vie quotidienne des mortels, aussi continuent-ils de manger et discutent - ou monologuent - sur leurs occupations courantes. Qua, cependant, se persuade que les spectateurs n’attendent rien de mieux que de la dévorer. Elle panique, Zhude tente de l’apaiser. S’ensuit alors une scène de vaudeville qui divertit manifestement le public au plus haut point, si bien que les acteurs de la troupe habitués à représenter les mortels jalousent le succès du groupe et accusent leurs confrères d’avoir manigancé cette représentation pour les rendre obsolètes. Saisissant la balle au rebond, Fernand provoque l’acteur représentant l’Ignorance et l’invite à monter sur scène pour l’invectiver théâtralement. Son intervention limite les dégâts, bien que deux ombres-actrices en viennent malgré tout à la confrontation armée. Les deux en ressortent blessées - ou déchirées, plus exactement.

Les jonques reprennent leur route peu après. Alors que Jeanne et Zhude prennent du repos, Fernand profite de sa renommée inopinée auprès des ombres pour leur inculquer quelques bases sur l’interprétation scénique de mortels. Qua fait de même, et glane quelques informations sur la présence d’une autre pièce de fortune. Elle y voit l’opportunité d’offrir au groupe une plus grande marge de manœuvre dans ses négociations, aussi s’arrange-t-elle pour la dérober en profitant de la rancune entre les acteurs de la troupe. Elle s’infiltre sur la jonque, vole la pièce, mais peine à revenir à bord - l’aide du reste du groupe sera nécessaire pour la ramener à bon port. Cette fois-ci, plus d’hésitations : Zhude prend une des deux pièces de fortune et va voir le Maître des Arts pour lui demander la guérison. L’ombre s’exécute, libérant l’alchimiste de son mal en quelques pressions expertes de ses doigts.

Finalement arrivés à la Montagne aux crocs de pierre - la destination de la troupe, qui coïncide avec celle du groupe - les investigateurs mettent pied à terre. Les acteurs attendent l’arrivée d’autres troupes pour leur grande représentation, et Guang Ying préfère rester à bord en vue de l’orage qui ne manquera pas de déchirer le ciel sous peu. Seuls les mortels - nos cinq protagonistes accompagnés de Mei Fang, Serpent Jaune et Ran Gaar Kha - suivent cette dernière ligne droite, qui les mène à un temple au pied de la montagne. À l’intérieur, des créatures infâmes mènent un rituel impie : deux Maigres Bêtes de la Nuit arrachent les couches constituant une masse de chair difforme, que Fernand et Zhude identifient comme le Dépouilleur des Ombres. Finalement, lorsque la “victime” est réduite à l’état de lambeaux, les Maigres Bêtes découvrent la peau tatouée servant de portail entre les mondes : elles l’étirent sur une sorte de chevalet de tannage, puis s’éclipsent à travers elle. Lorsque les autres créatures présentes disparaissent à leur tour, les humains pénètrent dans le temple. Ils réalisent qu’à nouveau, celui-ci semble être dédié aux Cinq Supplices. Une étoile à cinq branches est dessiné au centre de la salle. À l’extrémité de trois des cinq branches, un chevalet de tannage est dressé, avec des peaux tatouées. Le Compas des Ombres identifie le dernier ajout de la collection comme étant bel et bien le portail menant à Harbin, le palais des seigneurs mandchous. Dans le doute, Fernand embarque également les autres peaux, puis le groupe traverse à son tour le tatouage menant au mondes des humains.

En toute logique, cette traversée mènera nos protagonistes directement à leur Némésis, Sayk Fong Lee - l’homme qu’ils poursuivent à travers les mondes depuis plusieurs mois. Survivront-ils à l’inévitable confrontation qui s’en suivra ?

last edited by AnubisVladTepas