Suite informelle de notre premier essai de 2015, ce one-shot est une implémentation du scénario “Retour de Flamme”, publié dans le supplément “Les Chroniques du Jiang Hu”.

Ce scénario est donc officiel et le résumé qui suit dévoile des pans entiers de son intrigue. Si vous comptez le jouer du côté des PJ, arrêtez votre lecture ici !

0_1542559651739_Screenshot from 2018-11-18 17-47-12.png

L’équipe, “à la Juge Ti”

Un magistrat mandaté par l’ancien précepteur impérial Tang Hubo mène l’enquête depuis plus d’un an sur une mystérieuse terroriste, la Vierge de Glace. Durant cette année, il a accumulé non seulement les indices, mais aussi les inimités et les soutiens, parmi lesquelles un jeune fils de fonctionnaire, amoureux de la lame et du spectacle. Lorsque la piste mène le duo sur les traces d’un brigand exilé, lié à la Vierge de Glace, ils mettent la main sur un de ses anciens compagnons d’armes pour le convaincre de coopérer. Tous les trois, ils traversent la moitié du pays pour retrouver ledit brigand.

  • Meng Feng Feng est connu pour sa détermination inflexible dans la recherche de la justice.
  • Wang Xian, fils de fonctionnaire, habile tant par sa lame que par son charme que d’aucuns qualifierait de “théâtral”
  • Da Long, le légendaire saltimbanque débonnaire ayant sauvé Wuxi quelques années auparavant, revient sur scène pour retrouver son ancien camarade
  • Ah Shi De, brigand et héros, s’est exilé vers le lointain Mont Wutai suite à ses aventures à Wuxi

Dates des séances

  • 08.12.2018 Première séance
  • 19.01.2019 Deuxième séance

Illustrations des personnages

Wang Xian

dernière édition par AnubisVladTepas

Séance 0

Mise en situation

Carte de Chine
Dynastie Song, en 1146 de notre ère. Le scénario démarre lorsqu’après des semaines de voyage éreintant, votre trio arrive en vue d’une petite cahute dans laquelle se serait replié le redoutable Ah Shi De, dont la réputation oscille entre “héros” et “brigand”. La neige brouille votre chemin, l’hiver se montre sans pitié. Depuis Wuxi (proche de #5 sur la carte), vous avez traversé le Yangtze et franchi le territoire Jin jusqu’au Mont Wutai (#26). Nous parlons d’un trajet d’un mois, en incluant les précautions nécessaires pour ne pas être arrêter par les collaborateurs des Jin. En effet : si un cessez-le-feu a bien été conclu en 1142, les tensions ne sont pas retombées et les convois officiels des Song finissent bien souvent dans les prisons des envahisseurs barbares.

Pourquoi Ah Shi De ?

En 1144, des problèmes survinrent dans la cité de Wuxi. Le gouverneur Kang Anwei mandata une équipe de magistrats impériaux pour démêler l’enchevêtrement de complots, de malversations et de manigances qui furent tramés depuis plus d’une décennie. Entre autres, une fanatique idéologique nommée Xue Manlin, la “Vierge de Glace”, aurait été contactée pour y commettre des assassinats. Tang Hubo, ancien précepteur du Fils du Ciel, envoya ses meilleurs hommes enquêter sur cette fameuse terroriste. Parmi ceux-ci, on compte Meng Feng Feng, magistrat génial, mais marginalisé par ses pairs pour sa coquetterie et son sens trop aigu de la justice. Pendant plus d’un an d’enquête périlleuse, il découvrit l’ampleur des dégâts causés par la Vierge de Glace : on lui attribue plus de cent assassinats qui vont de la sommité politique au petit chef local. Difficile de faire le lien entre ces cas, car la description des suspects n’est jamais identique. Ici, on parle d’une enfant orpheline. Là, d’un vieillard présent dans le village depuis des lustres. Seul Feng Feng fut à même de percer à jour le sillage sanglant laissé par la Vierge de Glace, qui la mène aujourd’hui jusqu’à la cité de Luoyang (au sud de #20, pas indiquée sur la carte). Parmi les victimes de la terroriste, on compte également un proche de Wang Xian, qui en profita pour appuyer l’enquête de Meng Feng Feng avec son charme et sa lame. Agit-il par vengeance, culpabilité, devoir ou cupidité ? Le magistrat l’a peut-être même soupçonné en raison de son talent d’acteur, mais le quiproquo a vite été réglé à l’amiable.

Pour empêcher la Vierge de frapper, il est nécessaire de pouvoir la démasquer, ce dont seul un individu l’ayant intimement fréquenté serait capable. L’enquête mit en évidence qu’une bonne décennie auparavant, la légendaire brute Ah Shi De et Xue Manlin étaient mariés. Avec une petite équipe de déserteurs et de déracinés, ils brigandaient ensemble les villages, fussent-ils soumis aux Jin ou non, jusqu’à une mystérieuse séparation qui laissa le gang exsangue. Shi De serait donc à même d’identifier la terroriste, voire d’anticiper ses mouvements. Malheureusement, le défenseur de Wuxi a plié bagages dès le début de l’enquête, pour des raisons qui lui sont propres. Pour remonter sa piste et le convaincre de collaborer, le duo (Meng Feng Feng et de Wang Xian) a déniché Da Long le légendaire saltimbanque, glorieusement ivre au fond d’une taverne miteuse. Ancien camarade de Shi De, il put aiguiller les enquêteurs sur la destination du brigand - le Mont Wutai. Pourquoi Da Long s’est-il mis à table ? Par cupidité ou par inquiétude pour son ancien camarade ? Par fidélité pour l’Empire malgré son attitude nonchalante ? Ou ces aveux furent-ils arrachés de force ?

Face à la situation, Tang Hubo envoya discrètement son magistrat sur la piste de Ah Shi De et de Xue Manlin. Première étape du voyage : convaincre Shi De de travailler avec le groupe. Une fois son concours acquis, il s’agira d’atteindre Luoyang et d’y démasquer la Vierge de Glace.

Infos en vrac

  • Luoyang est importante pour le Song. De part sa position septentrionale, elle fait figure de point de départ pour la reconquête du territoire impérial. On la prétend également imprenable par la force, car la cité est protégée à l’est par la Passe de la Cage du Tigre (la passe de Hulao), au nord par la rivière Luo, au sud et à l’ouest par des chemins étriqués qu’aucune armée ne pourrait emprunter. De plus, la valeur historique de Luoyang n’a pas d’égal, puisqu’elle fut la capitale des Han jusqu’à sa mise à feu par le traître Dong Zhuo à l’époque des Trois Royaumes.
  • Un groupe de dix hommes suit le trio depuis une bonne semaine. Nous parlons de professionnels : ils savent dissimuler leurs traces, évitent d’être confrontés, mais n’ont jusque là pas perdu leur piste. Cependant, que valent de simples professionnels face à des héros ? La perspicacité et vos talents complémentaires des Youxia leur ont permis d’apprendre qu’ils veulent la tête fort prisée de Ah Shi De et qu’ils ne sont probablement pas les seuls. Comme des parasites, les mercenaires profitent des avancées du trio et tenteront, tôt ou tard, de le prendre de vitesse.
  • Pour convaincre Ah Shi De, le trio ne vient pas les mains vides. Tang Hubo accepte d’absoudre entièrement l’ancien brigand pour ses crimes et peut même négocier des récompenses matérielles conséquentes, si besoin est.

Illustrations

Toutes les illustrations sont issues du jeu vidéo “Romance of the Three Kingdoms XIII”. Kudos aux illustrateurs d’excellence !
0_1542561767230_012-Full.png
Kang Anwei (gauche), Tang Hubo (droite)

dernière édition par AnubisVladTepas

Le point de vue de Da Long

"Ah Shi De me doit de l’argent!

Un soir qu’on était bien avinés après notre réussite de Wuxi, on avait fait un pari: je soutenais qu’en trouvant le bon levier, on pouvait faire faire tout à n’importe qui. Ah Shi De pensait que non, qu’il avait rencontré des types tellement campés sur leurs principes que c’était pas assuré. Le ton était monté, comme souvent entre camarades arrosés et j’avais fini par parier que Tian Lang devenait tellement bavard en présence des femmes, qu’en poussant ce vice à l’excès - en trouvant une prostituée qui le complimente et le relance assez - , il était même possible de le faire abandonner sa retenue et de se laisser aller avec cette dernière, histoire de prouver à Ah Shi De que j’avais raison. Lui m’avait dit qu’il aurait bien aimé voir ça.

Du coup on était parvenu à extirper Tian Lang de là où il passait la nuit en toute quiétude… C’est un Tian Lang excédé par nos prétextes dont il n’arrivait pas à démêler le vrai du faux qu’on a fini par amener dans une auberge où l’on savait qu’une partie des hôtesses était de moeurs plutôt légères. Après à peine une demi-heure de tentatives de convaincre Tian Lang de rester, ce dernier voulait déjà rentrer au bercail.

J’étais parti commander à boire et presser une des hôtesses de venir s’installer (non sans lui verser déjà quelques pièces). Ah Shi De avait la dure tâche de faire tenir Tian Lang en place. Ces deux derniers ont commencé à s’engueuler, tant et si bien qu’ils en sont presque venus aux mains, bousculant au passage quelques convives, dont l’un ne prit pas les choses à la légère. J’ai accouru à la rescousse et les choses se sont gâtées. Tian Lang, entre temps, avait tenté de quitter l’établissement, mais avait été alpagué par l’hôtesse. Fidèle à lui-même, il n’a certainement pas résisté à l’envie de lui raconter les bobards invraisemblables que les deux larrons avaient inventé pour le faire venir dans un traquenard dont il n’avait d’ailleurs pas compris le but, puisqu’entre deux projections ou distribution de mandales, je l’ai aperçu en grande conversation avec le fille.

A la fin de la rixe, Tian Lang et la fille avaient disparu et la milice avait embarqué une partie des bagarreurs, dont Ah Shi De. Moi, comme de coutume, je m’étais carapaté juste au moment où ils pénétraient dans le bâtiment. Bon prince, je suis allé payer la caution du brigand et maintenais depuis que non seulement Ah Shi De me devait cette somme, mais qu’en plus, rien ne prouvait que je n’avais pas gagné mon pari vu que les deux oiseaux étaient manifestement partis ensemble. De Tian Lang, nous n’en avons plus vu la couleur par la suite. Nous avons bourlingué quelques temps ensemble en continuant de nous disputer sur le sujet, avant qu’une nuit à une halte et après un quelconque larcin qui nous avait rapporté quelques pièces, Ah Shi De n’ait disparu. Je savais néanmoins qu’à un moment ou un autre, il avait dit vouloir se rendre au mont Wutai, sans en préciser la raison. Mais tout ça remonte à un bout de temps déjà… Donc quand les deux enquêteurs m’ont trouvé, sans autre projet particulier, je me suis dit qu’il était peut-être temps de vérifier si le brigand était toujours de ce monde et s’il était mieux disposé à honorer sa dette…"

dernière édition par AnubisVladTepas

Séance 1

Personnages présents

  • Ah Shi De
  • Da Long
  • Wang Xian
  • Meng Feng Feng

Résumé de la séance

Sans transiger, Meng Feng Feng cogne à la porte de la petite cahute qui sert de logis à Ah Shi De. Celui-ci se réveille, épie ses importuns visiteurs par les trous de sa paroi, puis sort finalement les accueillir. Les présentations sont rapidement interrompues lorsque Da Long, que Shi De reconnaît difficilement, lui demande de s’acquitter d’une vieille dette financière. Le brigand fracasse sa porte et tente de s’enfuir à la course, bien qu’il ne puisse semer l’agile saltimbanque qui s’élance à ses trousses. Pendant ce temps, Wang Xian fouille les lieux et ne trouve rien d’importance ; Le brigand transporte sur lui ses maigres biens de valeur. Lorsque Shi De se résout finalement à entendre les explications de Long, il apprend la raison de sa présence sur place : son épouse Xue Manlin serait en ce moment à Luoyang et les Song craignent qu’elle n’attente à la vie du gouverneur de la mythique cité septentrionale. La présence de Meng Feng Feng s’explique ainsi car il espère que Shi De sera en mesure de l’aider à identifier la légendaire terroriste. La discussion se poursuit autour d’une tasse d’alcool dans une auberge du village de Xue Ya, où Shi De apprend qu’il est traqué par une troupe de dix chasseurs de tête.

Acceptant l’offre des Song, le brigand embarque avec les trois larrons en direction de Luoyang par le chemin le plus court : la fameuse passe de la Cage du Tigre. Celle-ci brille d’avoir été le théâtre de bien des affrontements au cours des siècles; rien de surprenant à ce que les Jin et les Song s’y affrontent, eux aussi, pour le contrôle de la cité. Le voyage jusqu’à la passe exige une petite semaine de cheval, aussi le groupe fait-il halte dans un modeste hameau où le propriétaire les héberge. La fin du repas est l’occasion pour Xian d’essuyer un refus poli lorsqu’il tente de séduire la femme du maître des lieux, ainsi que pour Da Long d’amuser les enfants sous le regard sévère et désapprobateur de leur père. Au crépuscule, le saltimbanque attache des clochettes à la porte de la dépendance où ses camarades et lui se reposent afin d’être alerté en cas d’intrusion. Fort bien lui en prend puisqu’au milieu de la nuit, un domestique vient vérifier que les invités sont toujours présents. Intrigués, Xian et Long sortent, puis ce dernier épie discrètement une discussion entre les chasseurs de prime et leur hôte. À priori, celui-ci se dit prêt à leur remettre Shi De “s’il est bien le criminel décrit”. Après concertation entre les Youxia, l’intransigeant Feng Feng s’en va trouver le propriétaire séance tenante pour lui expliquer ses raisons. Une logique imparable et la ferveur de son discours suffisent à convaincre son interlocuteur de ne pas remettre Shi De aux chasseurs de prime, qu’il congédie poliment à leur grande incompréhension, non sans que Xian ne sabote leurs selles en guise de cadeau d’adieu.

Les Youxia profitent de leur chevauchée du lendemain pour régler définitivement le compte des chasseurs de prime, dont ils aperçoivent le bivouac en bordure de route. Shi De et Feng Feng mettent pied à terre et avancent, fermes, en direction des chasseurs, pendant que Long et Xian contournent le camp et se mettent en position d’intervenir si la situation tourne au vinaigre. Lorsque les mercenaires voient nos Youxia s’approcher, c’est le branle-bas de combat. Leur chef d’apparence khitane, Ye Zhong “Menace du Nord”, s’engage dans un duel de nerfs et d’intimidation avec le brigand, en le sommant de se rendre. Bien vite cependant, la voix grondante et le regard d’acier du légendaire Shi De font frémir les hommes de main de la Menace du Nord. Lui même n’en mène pas large, car la perspective d’être foudroyé par son adversaire sur ces plaines enneigées semble lui déplaire. Il tente de sauver les apparences en “offrant à Shi De une chance de s’en aller”, mais cède à la panique lorsque sa tente lui tombe sur la tête et que ses chevaux (et ses cheveux) s’enfuient au galop ; Long et Xian avaient profité de l’altercation pour élaborer un savant plan de sabotage. Confiants qu’ils ne reverront plus la Menace du Nord avant longtemps, les Youxia fouillent le camp et mettent les voiles en direction de la Passe.

Bien des jours plus tard, lorsqu’ils atteignent les premiers camps Jin qui bordent la Passe, nos héros interpellent des cavaliers Jürchens* qu’ils essaient d’embobiner. Ils proposent spontanément leur aide pour espionner les Song si les Jin acceptent de les faire traverser la Passe, mais le soldat ne marche pas dans cette affaire et préfère mener ces curieux vagabonds à son commandant. Celui-ci entend bien exploiter ces soi-disant espions volontaires, mais souhaite s’assurer de leur loyauté : il leur demande d’où ils viennent - ce à quoi ils répondent “Xue Ya” - et envoie des hommes s’occuper de leur présumée famille. Dès lors, les Youxia savent qu’ils disposent tout au plus de deux petites semaines avant que leur subterfuge ne soit éventé. Ils s’évertuent à trouver un moyen de quitter le camp Jürchen au plus vite, si possible avec une idée plus claire pour franchir la Passe. Long et Feng Feng tentent de sonder les alentours pour trouver une voie libre, Xian persuade un jeune Jin naïf de le laisser voir son épouse dans un village avoisinant, mais c’est finalement un travail d’équipe qui leur semble la meilleure solution : lorsqu’un messager Jin quitte la tente du commandant, Xian détourne son attention en partageant quelques histoires salaces et fascinantes dont il a le secret, pendant que les mains agiles de Long saisissent la sacoche, la vident de son contenu et la remettent à sa place dans la plus grande discrétion. Artisan sans pareil, Shi De parvient à sculpter une réplique du sceau du commandant, avant que Feng Feng n’emploie ses connaissances juridiques et ses talents de calligraphe pour contrefaire une lettre prétendant que leur petit groupe doit atteindre Luoyang pour espionner les Song. Ainsi équipés, les Youxia n’ont guère de problème à se faire escorter par une escouade Jin jusqu’à la Passe, où une petite mise en scène leur ouvre enfin les portes du Song et de Luoyang.

Le groupe atteint la cité en fin de journée. Sur place, les héros louent une chambre dans l’auberge de la Kilin et narrent leurs exploits aux badauds, parmi lesquels quelques oisifs fils de riches. Au petit matin, Feng Feng assiste à une séance publique au Yamen, puis demande audience au gouverneur Lan Suyi. Celui-ci n’a pas eu vent de la présence de la Vierge de Glace au sein de sa cité. Qui plus est, le fait que Feng Feng ne transporte avec lui le sceau de sa fonction n’aide pas à le rendre crédible. Là encore, le tact du jeune et de l’incorruptible magistrat lui offrent le bénéfice du doute : le gouverneur consent à lui remettre un sceau et lui met à disposition un fonctionnaire - Lan Yan, son fils aîné - pour l’épauler dans la découverte de Luoyang. La surprise saisit Feng Feng et ses camarades de voyage, lorsqu’ils reconnaissent en Lan Yan un des jeunes présents la veille à la taverne. Le jeune homme les informe de la situation criminelle de Luoyang - apparemment, la pègre est plutôt sous contrôle, mais un groupe de contrebandiers fluviaux menés par un certain “Lentille d’eau” leur pose problème. Ces contrebandiers sont eux-même aux prises avec un autre gang non-identifié, mais il est encore trop tôt pour déterminé s’il s’agit de Xue Manlin ou non.

* “Jürchens” est le nom du peuple du nord qui a conquis la moitié de l’Empire Song. “Jin” (qui signifie “or”, le métal) est le nom qu’ils donnent à leur Empire. Pour terminer cette note historique, les “Jürchens” se décomposaient en deux groupes distincts que les Chinois actuels appellent “Jürchens bruts” et "Jürchens “domestiqués” " (référence). Les premiers vivaient à la frontière entre la Russie actuelle et la Chine et sont considérés comme plus sauvages et moins sinisés. Les seconds, en revanche, sont beaucoup plus proches des Chinois Han. Les “Mandchous” qui gouvernent la Chine entre le 16ème et le 20ème siècle descendent des Jürchens “domestiqués”. Voilà pour le lien entre “Wulin”, “Qin - Shaolin et Wudang” et “Les Cinq Supplices” !

dernière édition par AnubisVladTepas

Séance 2

Personnages présents

  • Ah Shi De
  • Da Long
  • Wang Xian
  • Meng Feng Feng

Résumé de la séance

Lan Yan, fils du gouverneur, termine son tour d’horizon de la ville avant de laisser les Youxia à leur enquête. Ceux-ci suspectent que le gang s’opposant aux bateliers de la Lentille d’eau pourrait être mené par Xue Manlin, aussi improvisent-ils une petite visite du quartier des docks pour en prendre la température. Ils se scindent pour plus d’efficacité : d’un côté, Feng Feng et Da Long travaillent de concert et de l’autre, Ah Shi De et Wang Xian jouent chacun en solo. Les premiers font le tour des marchandises qui transitent par Luoyang, dans l’espoir de découvrir des denrées non seulement illégales, mais aussi particulièrement dangereuses. De fil en aiguille, ils remontent la piste d’un batelier rongé pas la culpabilité, qui avoue sans détour avoir convoyé de la poudre noire jusqu’à la frontière. Il prétend que de nouveaux arrivants dans le quartier font des offres dangereuses que nul ne peut refuser, si bien qu’il a lui-même cédé. Magnanime, Feng Feng remet le misérable aux gardes pour un faux motif valant une bonne bastonnade, de sorte à lui éviter la mort lente pour haute trahison. Pendant ce temps, Ah Shi De joue de sa réputation auprès des bateliers : ses prouesses et sa fiabilité lui valent d’entrer en contact avec le chef de leur guilde, Luo Zhi, qui lui propose une somme coquette s’il accepte de convaincre certains des siens de renoncer aux propositions amorales des “nouveaux arrivants” du quartier. Les trois bateliers à convaincre ont rendez-vous le soir même à la Maison des Prunes, une occasion rêvée pour les accoster. Jusque là, les pistes semblent se recouper. Wang Xian, en revanche, ouvre de nouvelles perspectives aux Youxia : il entend parler d’une importante cargaison de roses de glace délivrée au Palais du Sud. Il bluffe quelques bateliers en feignant d’être contrarié que sa dulcinée, au Palais du Sud, a reçu des roses de glace de la part d’un inconnu, sommant ses interlocuteurs de lui révéler l’identité du goujat qui lui vole dans les plumes. Les badauds prétendent qu’il s’agit de Xuenhua, une des dames de compagnie de la nouvelle épouse du gouverneur : la coquetterie de ces dames du sud a fait grand bruit en ville.

Au soir, Da Long part en éclaireur à la maison des prunes, où il découvre des tables de jeu animée auxquelles il ne peut résister. Lorsque Ah Shi De débarque, quelques heures plus tard, Da Long a déjà accumulé une quantité considérable d’alcool, à défaut de dettes. Les deux compères échangent brièvement leurs informations alors que la cantatrice Miao, Nao An’An, offre à l’assemblée une prestation envoûtante. Puis, Shi De identifie les trois bateliers qu’il rejoint prestement. Il tente l’apaisement, proposant à ses “collègues” de renoncer à leur trafic, mais sa voix tonitruante a tôt fait d’éventer toute la conversation. Tous les clients savent désormais que les bateliers ont accepté de livrer de l’armement jusqu’à la frontière Jin. Et comme les rumeurs vont bon train, nul doute que les traîtres connaîtront une mort douloureuse de la justice, populaire ou non. Ils s’enfuient ainsi rapidement auprès de Luo Zhi pour quémander sa clémence, non sans révéler le nom de leur commanditaire : Madame Ting, tenancière de la maison des Huit Ligatures, à quelques pas d’ici. Ironie. Long et Shi De se préparent ainsi pour leur seconde tournée, dans un établissement d’un plus haut standing. Le premier passe sa soirée à jouer, pendant que Shi De convainc un membre de la sécurité de lui laisser passer du temps avec une fille - privilège d’ordinaire réservé aux plus nantis. Une fois dans l’intimité, le brigand se garde bien de la toucher, mais la questionne plutôt sur sa cheffe, moyennant une forte somme d’argent. Elle lui confirme les rumeurs : Madame Ting mène la pègre locale, aidée par ses quatre filles. En fin de soirée, les deux Youxia quittent l’établissement, Da Long prenant en filature un fils de bonne famille aperçu la veille, à l’auberge de la Kilin. L’homme s’en retourne simplement chez lui, dans sa vaste demeure bourgeoise.

Pendant ce temps, Feng Feng et Xian s’intéressent à l’imposant palais du sud, non sans avoir préalablement informé le gouverneur Lan Suyi du progrès de leur enquête. Ils se présentent aux portes et demandent à parler à Lan Yan, mais le garde les informe que le fils du gouverneur ne sera pas disponible avant au moins une heure. Ainsi éconduits, nos deux Youxia s’assoient à une terrasse du quartier des fleurs, non loin de là, et observent les allées et venues ; seul un groupe de lettrés passe la porte du palais durant leur veille, sans doute des invités de la famille. Feng Feng canalise toute sa concentration sur le palais et, grâce à son acuité sans pareille, identifie le nombre de ses résidents. Plus inquiétant, il perçoit également le souffle rauque et les gémissements d’une malade à l’intérieur d’un pavillon. Finalement, Lan Yan reçoit les Youxia à l’entrée du palais. Ils parviennent à convaincre le jeune homme de les mener jusqu’à la malade - sa mère - et discute du cas dans le silence de son pavillon. La malheureuse souffre depuis un certain temps d’une grave déséquilibre interne qui la pousse lentement vers la mort ; aucun médecin n’est parvenu à rétablir l’harmonie entre ses énergies. Constatant promptement que la “maladie” est le fait d’un poison, Feng Feng repère une plaque de bois sur laquelle il s’applique à calligraphier deux mots empreints d’une profonde sagesse : “Santé et longévité”. Alors qu’il accroche solennellement la plaque au mur surplombant le lit de la mourante, les personnes présentes se laissent porter par la sérénité qui se dégage de cette œuvre. Déjà, le souffle de la première épouse témoigne de son réconfort. Impressionné au-delà des mots, le jeune Lan Yan promet de veiller sur sa mère jusqu’à son rétablissement complet. Il fait quérir son jeune frère, Lan Shu, pour l’y aider et s’engage également à mener Xuenhua, la fameuse servante ayant commandé les roses de glace aux docks, jusqu’à l’auberge de la Kilin demain soir.


Sur ces entrefaites, nos quatre Youxia se rejoignent à l’auberge, où ils échangent leurs points de vue en prévision du lendemain. Pour l’heure, ils suspectent que Xue Manlin se dissimule soit parmi l’entourage de la nouvelle dame, soit à la tête de l’établissement des Huit Ligatures, même s’ils privilégient la première piste. En effet, le minutage des événements semble bien trop suspect : la première dame tombe malade alors que naissent les rumeurs sur la présence de Xue Manlin à Luoyang, puis un émissaire du Dali présente la nouvelle dame juste au moment où Lan Suyi se met en quête d’une seconde épouse. Celle-ci devient ainsi assez proche pour administrer quotidiennement le poison sans se mettre en danger. De bien belles coïncidences ! Nos Youxia supposent également qu’elle organise le trafic de la poudre noire - et qui sait, peut-être d’autres armes - vers la frontière Jin, renforçant les Jürchens dans l’optique d’une invasion. Elle travaillerait donc avec eux et attendrait le moment propice pour assassiner Lan Suyi afin de paralyser la cité lors de l’assaut. Pour les aider à retrouver la Vierge de Glace, Shi De révèle que son épouse porte une marque de vin reconnaissable au bas du dos - une marque qu’elle n’est jamais parvenue à faire disparaître.


Nos Youxia embraient avec leur seconde journée d’enquête. Shi De se rend simplement au quartier des docks pour y travailler. Xian n’ayant pas été aperçu aux Huit Ligatures, il propose de s’y faire engager. Avec son bagout naturel, il se fraie un chemin jusqu’à Dame Ting, dont il flatte l’égo manifestement démesuré. Elle lui propose un accord : puisque Lentille d’eau refuse de travailler pour elle, que Xian s’arrange pour qu’il lui arrive malheur. S’il y parvient, elle l’aidera à asseoir sa position sur les bateliers et lui promet, en sus, une part non négligeable des revenus de la contrebande. Le jeune désinvolte consent à cet accord et accompagne Jie - un larbin de Dame Ting - aux docks pour y faire un tour des “avoirs” humains de sa supérieure. Sans surprise, ceux-ci se révèlent bien maigres depuis la démonstration d’Ah Shi De la veille. Une fausse rivalité s’engage donc entre Xian et Shi De, qui prévient néanmoins Luo Zhi (désormais clairement identifié comme la Lentille d’eau) de la situation.

Feng Feng et Long recherchent médecins, herboristes et mystiques pour se renseigner sur le poison qui accable la première dame. Ils trouvent un apothicaire affable qui se perd dans un discours savant sur les énergies, duquel ressort néanmoins qu’un large éventail d’ingrédients communs auraient pu créer le déséquilibre Yin dont souffre la malade. Il serait possible de rééquilibrer les énergies avec un traitement prolongé, si tant est que personne ne lui réadministre le poison entre temps. Les deux Youxia entendent faire entrer Da Long au service du gouverneur, de sorte à ce qu’il puisse inspecter le palais du sud en toute impunité. Ils demandent une entrevue auprès Lan Suyi qui accepte, sans grand enthousiasme, d’engager le jeune saltimbanque comme travailleur de force. Il aura pour charge de nettoyer le verger et la grille d’évacuation du ruisseau, lui permettant de se déplacer librement dans les secteurs d’hiver (où il logera) et d’été (où se trouve le verger). La visite du palais, sous la férule de l’intendant, permet à Long d’observer la procession de la nouvelle dame - Dame Lin - et de trois femmes de compagnie. Elles flânent autour du verger, puis retournent dans leur pavillon du secteur de printemps. Il fouille ensuite rapidement l’endroit, sans être en mesure d’y détecter quoique ce soit d’anormal.

Finalement, les trois autres Youxia se retrouvent à l’auberge de la Kilin, à temps pour recevoir Lan Yan et Xuehua. Immédiatement, le perspicace Feng Feng suppose une romance entre eux deux, tant Lan Yan semble mal à l’aise d’amener sa promise dans ce qui pourrait être la gueule du loup. Elle répond aux questions des Youxia polis, mais inquisiteurs, expliquant que sa maîtresse a pour habitude d’utiliser des roses de glace pour son teint et qu’en amener jusqu’ici fut dispendieux. Elle confirme également n’avoir jamais vu de marque de vin dans le dos de sa maîtresse ; nos héros supposent que l’infâme Xue Manlin a pu prendre l’identité d’une servante - plus libre de ses mouvements - plutôt que de la nouvelle dame. À ceci, Xuehua répond que sa collègue Hanfeng se montre distante, voire impassible, presque “vide”, depuis quelques temps. Une piste intéressante à explorer !

dernière édition par AnubisVladTepas
  • 5
    Messages
  • 176
    Vues