Personnages présents

  • Ibrahim Maliq Ibn Maliq Abd-Al-Hassan, Mujahid mercenaire
  • Elijah Bar Gad, Lion Rouge de Shirad errant
  • Shedya Bint Mimoûn Abd-Al-Tarek, Vierge de Papier rentrant d’Occidentine
  • Inaya Bint Yucef Abd-Al-Salif, Maître Négociante ambitieuse
  • Rakin Boulbaba-minh-Nassim Ibn Yucef Abd-Al-Salif, Artificier escarmoucheur discret

Contexte

Inaya Bint Yucef Abd-Al-Salif a engagé les autres personnages, des Héritiers des Dragons comme elle, pour escorter sa caravane jusqu’au village des prophètes. On prétend qu’il s’y trouve des pierres magiques et prophétiques, capables de révéler le destin à qui sait les interroger. Le scénario débute lorsque la caravane atteint sa destination, en fin de journée.

Déroulement

Alors qu’Inaya et Ibrahim supervisent l’installation du camp, Elijah, Shedya et Rakin s’affairent au village pour des raisons qui leur sont propres.

  • Elijah cherche le réconfort d’une prostituée, mais s’arrête plutôt dans une tente bondée de monde pour y apprécier la danse d’une femme à l’apparence escarte, dont il snobe finalement la performance en raison des lourds griefs qu’il porte aux siens.
  • Shedya se fait percuter par un homme aux abois, qu’elle laisse filer en dépit d’un air suspicieux et de la carte qu’elle aperçoit entre ses bras. Elle trouve finalement un client, un riche marchand nommé Hakim, qui souhaite louer ses services pour son fidèle garde du corps. Sa prestation s’avère à la hauteur de sa réputation.
  • Rakin cherche de l’argile au bord de l’oasis autour duquel était bâti le village désormais en ruines. Récupérant son matériel, il retourne au camp pour y concevoir un four improvisé, duquel il fabrique un réceptacle en terre cuite destiné à devenir une grenade.

Après la tombée de la nuit, lorsque le camp est monté, Ibrahim se rend à son tour au village et y aperçoit trois cavaliers sur dromadaires, dont le chef semble éploré. Les suivant de loin jusqu’à l’orée de leur tente, il parvient à comprendre que l’homme a perdu la trace de sa fille. Poussé par sa bravoure, Ibrahim interroge le garde de service à l’entrée de la tente et apprend que Maître Amar - le chef désespéré - a perdu sa fille Sarah dans une tempête perpétuelle à moins d’une demi journée de trajet. Sarah aurait pénétré dans la tempête dans l’espoir de la traverser et d’atteindre le tombeau d’un prince inconnu, regorgeant de merveilles et de richesses.

Le groupe se retrouve au camp et délibère : Inaya donne son accord pour aider le père endeuillé. Prévenant un Maître Amar reconnaissant, ils apprennent que Sarah, qu’il a adopté, est une héritière des dragons de 12 ans douée en magie. Le père propose au groupe de louer les services de Adouma, un guide Walad Badiya endetté. Elijah négocie avec le tavernier auquel Adouma a “prêté” son Abzoul en gage, si bien que l’homme consent à le lui rendre pour qu’il mène à bien sa mission. Ainsi préparés, les Héritiers passent une nuit reposante avant de s’enfoncer dans le désert.


valley.jpg

La traversée de la tempête n’est pas une sinécure, mais les conseils précieux d’Adouma permettent au groupe de s’en sortir un temps. Malheureusement, les vents menacent tout de même d’affaiblir les membres les moins endurcis du groupe et de rendre la suite de l’expédition autrement plus périlleuse. Shedya, saisie par la grâce divine, fend la tempête comme une prophétesse à qui la nature obéit. Elle mène le groupe en sécurité au centre de la tempête, là où nul vent ne pénètre, mais où s’étend à perte de vue un labyrinthe de roche et de crevasse au milieu duquel trône un temple imposant.

L’exploration du dénivelé, qu’Elijah mène depuis les hauteurs, est interrompue par une rencontre avec des rôdeurs menaçants, mais pas hostiles, qui mettent en garde le groupe : continuer est possible, mais les épreuves qui les attendent jusqu’au temple ont terrassé plus d’un ambitieux. Disparaissant de manière surnaturelle, les rôdeurs libèrent le champ aux Héritiers qui continuent leur chemin jusqu’aux portes du temple, où un mystérieux gardien masqué et vêtu de noir les provoque. Elijah et Ibrahim mènent un combat difficile, rejoints par les autres Héritiers, mais le gardien semble les dominer sans mal. L’arrivée inopinée d’une jeune femme surgie de nulle part renverse la tendance : elle somme les membres de l’expédition d’atteindre le temple pendant qu’elle occupe leur adversaire, ce qu’Ibrahim refuse de faire par principe. Il assène un coup précis et redoutable au guerrier, lui arrachant son masque. Derrière, un visage humain et tatoué, qui semble incrédule face à la situation. La jeune sauveuse s’entête : elle repousse d’une rafale de vent magique Ibrahim vers l’entrée du temple et continue son combat.

Les Héritiers atteignent bien vite le centre du temple entièrement dénué de toute décoration. De là, ils s’enfoncent dans les profondeurs via un escalier qui les mènent vers une salle profonde, où un fossé infranchissable les empêche de continuer. En analysant la pièce, les Héritiers découvrent un bas-relief représentant des flammes dévorant une canopée, surplombées par un soleil qu’elles éclairent. En outre, deux vasques vides sont positionnées sur les bords de la pièce et des cordes pendent du toit et s’enfoncent dans l’obscurité. Rakin découvre que le fond des vasques semble légèrement graisseux et l’enflamme par curiosité. Heureusement pour ses mains, les flammes qui en sortent sont magiques : de couleur bleue, elles ne brûlent pas, mais illuminent la pièce. Elijah emporte ces flammèches dans ses mains, puis saisit les cordes suspendues qui deviennent tangibles au contact du feu. L’équipe s’arrange ainsi pour traverser le précipice et atteindre un autre couloir, les menant à une gigantesque porte de pierre sur laquelle est représenté un dragon - probablement Mardûk ou Tiamat. Le groupe examine la sculpture, découvre la présence d’un trou au niveau de la gorge du dragon, dans lequel Shedya et Rakin supposent qu’ils peuvent verser de l’huile. En effet, des traces de brûlure indique que les visiteurs précédents ont tenté d’enflammer la porte. Lorsque l’huile ressort par trois trous à la base de la porte, les héritiers y mettent le feu et constatent avec satisfaction que le bas-relief s’embrase magnifiquement, déclenchant un mécanisme qui soulève la lourde porte de pierre.

Le processus est long, mais la lumière révèle la présence d’une créature masquée jusqu’ici par la pénombre : un Daeva se tient derrière Shedya, qui n’échappe à ses griffes que grâce à l’avertissement d’Ibrahim. Un combat rapide s’engage et voit le Mujahid pourfendre la créature impie, avant de constater la présence de sept autres Daevas dans le couloir. Le groupe choisit alors de glisser sous la porte, Rakin détruisant le mécanisme d’ouverture en enfermant les créatures à l’extérieur. Et eux, à l’intérieur. Là, un nouvel escalier s’enfonce toujours plus profondément : il faut une dizaine de minutes au groupe pour atteindre le fond et constater la présence d’un sarcophage baignant dans une vase boueuse malodorante, entourée de bas reliefs représentant des hommes sans visage. Une femme majestueuse leur apparaît et prétend que le gisant n’est autre que le plus grand homme au monde, qui disposait d’une amulette en orichalque et que seuls les vaillants héros ayant bravé toutes les épreuves du Tombeau peuvent se l’approprier. Ni une, ni deux, Elijah et Ibrahim poussent le lourd couvercle du sarcophage, pour y découvrir toujours plus de vases, mais aucune amulette. Son plan machiavélique ayant fonctionné, la femme se fend d’un rire démoniaque alors que la vase déborde progressivement du sarcophage et menace d’engloutir les lieux.

Les Héritiers remontent aussi vite que possible les marches de l’escalier, alors que l’ensemble du temple menace de s’effondrer. Ils bravent prestement la tempête et les ravins, retrouvent le Frère de Shedya qui, lui-même, est parvenu à localiser Sarah, puis quittent in extremis les lieux. Éreintés au-delà de l’imaginable, les Héritiers rejoignent leur camp au village des prophètes, l’esprit accaparé pas moult questions…

PNJ

pnj-1.jpg
De gauche à droite: Adouma, Belassima, Hakim, la fille mystérieuse

dernière édition par AnubisVladTepas