Personnages présents

  • Sayd Simgood, révolutionnaire flamboyant
  • Allistair, Data Djinn freluquet
  • Noor, agente peu loquace
  • Rumple, pilote tête-brûlée
  • Hassad Bryner, géant calme

Date de la séance

20 octobre 2019

Déroulement du scénario

L’équipage du Gilgamesh passe deux semaines sur Ibdal, s’occupant de petits boulots pour la population locale pendant que Hiram active ses relations afin d’élucider le mystère du Disque d’Émeraude. Lorsque celui-ci révèle enfin ses secrets, la Veuve Noire offre à nos agents une nouvelle mission : extraire Tabas Kameth, scientifique rebelle de l’Ordre des Parias, de la planète Zalos-B. La situation politique leur échappant quelque peu, les membres du Gilgamesh reçoivent un résumé accéléré :

  • Le système de Zalos constitue le berceau de l’Ordre des Parias, groupe fondamentaliste religieux dont l’existence remonte à l’aube de la découverte du Troisième Horizon par les Premiers.
  • Les Parias vénèrent quasi-exclusivement l’Icône du Martyr, une variante mortifère de l’Icône du Juge. Ils possèdent également un siège à Coriolis, en plus d’une présence importante de Samaritains sur la station.
  • La venue des mystérieux Émissaires a jeté de l’huile sur le feu des relations entre l’Ordre et le Consortium. Un des Émissaires prétend incarner l’Icône du Juge et donc, l’Icône du Martyr, ce que l’Ordre des Parias refuse en bloc. La reconnaissance du statut des Émissaires par le Consortium a courroucé l’Ordre, qui menace désormais le Troisième Horizon d’une guerre totale si d’aventure, l’Émissaire félon n’était pas destitué et extradé vers Zalos pour y être puni.
  • En attendant, l’Ordre a fermé le système Zalos, isolant bon nombre de systèmes civilisés du reste du Troisième Horizon. Pris entre un Zalos infranchissable et les vestiges du système Odacon, ces systèmes sont désormais difficiles à atteindre.
  • Les habitants de Zalos qui dérogent aux règles strictes de l’Ordre sont punis fermement. Ces traitements iniques ont donné naissance à un vaste mouvement de rébellion qui a littéralement embrasé l’une des deux seules planètes habitables du système, Zalos-B. Pour contenir la fièvre contestataire, l’Ordre maintient un impressionnant blocus autour de la planète.
  • Les rebelles comptent dans leurs rangs des groupes très hétéroclites, alliés de circonstance plutôt que par affinité. On y trouve quelques fous agnostiques, des mystiques aux vues non-orthodoxes sur les Icônes, des politiciens ayant abondé dans le sens du Consortium, voire même de simples gens du commun n’ayant pas procédé à leurs prières quotidiennes.

Les raisons exactes qui poussent Hiram à envoyer ses agents sur une mission si périlleuse restent un mystère que le groupe n’a pas cherché à élucider. Toujours est-il qu’Hiram leur fournit un passeport de marchands, susceptible de leur offrir un passage jusqu’à la lune de Karmerruk, seul lieu où les étrangers sont admis à Zalos depuis la fermeture du système. Une fois sur place, le groupe doit trouver un moyen de quitter la lune, de percer le blocus, puis d’atteindre Tabas.

session4.png

Après avoir procédé à quelques emplettes, l’équipage du Gilgamesh met les voiles en direction de Kua, puis remonte la route qui mène à Mira par Altai. La route est longue, mais globalement paisible jusqu’à Sivas où le saut de portail laisse un trou béant dans la baie vitrée du module principal d’armement. L’équipe opère une maintenance au spatioport du système et choisit au passage d’endosser un contrat de transport de chats de race en stase jusqu’au système Zhau. Ishtar, en manque de reconnaissance et d’affection, décide de libérer un chat après le saut de portail et tente désespérément de le dissimuler aux yeux du groupe. Elle finit par être confondue, mais obtient qu’on lui offre un chat de moindre valeur. Le groupe délivre les félins comme promis, puis empoche un salaire dépensé presque intégralement pour assouvir le caprice de l’Intelligence Artificielle trop intelligente pour son propre bien.

Le passage tant redouté dans le système Odacon est écourté autant que possible, malgré les promesses de richesse offerte par la Ceinture de Cendre. Arrivé à Tarazug, le Gilgamesh s’occupe de quelques missions de transport routinières au sein du système, puis tente un saut aux répercussions catastrophiques. L’équipage se réveille de stase pour constater que le vaisseau n’a pas quitté Tarazug : en vérité, les agents ont littéralement disparu de l’espace-temps pendant quatre mois, jetant le doute sur l’état actuel de la mission. Les nouvelles du Bulletin attestent de la dangereuse escalade des tensions entre l’Ordre des Parias et le Consortium, ainsi que de la disparition des “héros du Ghazali”, dont le capitaine aurait dû être interviewé depuis des semaines. Le Gilgamesh franchit à nouveau le portail de Tarazug pour atteindre finalement Zib, où l’équipage choisit de s’arrêter. La présence du comptoir commercial de Hamsa-Yurbul leur permet d’envisager l’achat de biens rares, mais leur manque de fonds les y interdit. Ils se rabattent alors sur un contrat commercial louche, ouvertement illégal aux yeux du Consortium, qu’ils hésitent à accepter…

dernière édition par AnubisVladTepas