Douchebag Sheriff

Vous en avez marre, d’iOS et d’Android ? Windows Phone est, à vos yeux, la seule alternative possible ? Ce topic est pour vous : un rapide tour d’horizon de ce qui existe en-dehors du duopole malsain de Google et d’Apple.

De mon côté, ça fait assez longtemps que j’observe les choix de la concurrence. Voilà ce que j’en retiens :

Windows Phone

❓
Parmi les challengers sur le marché du smartphone, Microsoft est le plus évident. La compagnie de Redmont était pourtant en place bien avant les deux lourdauds, ses terminaux rivalisaient sans mal avec les regrettés PDA / SmartPhones de Palm. Pris de vitesse par l’iPhone et Android, Microsoft a fait table rase en 2013 avec Windows Phone 8 et peine, depuis, à remonter la pente.
Je n’ai jamais eu de Windows Phone, mais les personnes de mon entourage qui ont fait le saut l’ont généralement regretté en raison du manque de suivi des applications, du clavier virtuel inadapté et de certaines options aux abonnés absents. Notez que Microsoft a présenté, pas plus tard qu’hier soir, ses premiers modèles de smartphones sur Windows Phone 10 avec la fonctionnalité “Continuum” : branchez votre smartphone sur un écran et le voilà qui se transforme en ordinateur Windows 10 classique. Ça a pris du temps, mais la compagnie de Redmont semble avoir atteint la convergence avant la concurrence.

BlackBerry OS

👍
Mon choix depuis mi-2013, BlackBerry a connu des jours sombres (c’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’ont poussé à faire le pas) pendant près de deux ans : aujourd’hui, la société a limité la casse, bien que les ventes de ses terminaux continuent de chuter (logique, puisque les FAI les ont retirés les uns après les autres, donnant naissance à un cercle vicieux). Malheureusement, BlackBerry a décliné son dernier bébé - le BlackBerry Pryv - son Android. Pour ne rien arranger, John Chen, PDG de l’entreprise depuis fin 2013, s’est fendu d’un discours peu rassurant sur le futur des terminaux BlackBerry OS (BBOS) 10 : il veut être rassurant, mais n’annonce pour autant aucune nouvelle référence (ni un éventuel portage de Pryv vers BBOS 10).
BlackBerry OS 10.3, l’actuelle déclinaison du système d’exploitation disponible sur tous les terminaux, est un bijou à l’emploi : véloce, stable, bourré d’options, il propose en plus des petites inventions ergonomiques bien pensées. Pour palier le manque d’applications, le système offre un compatibilité avec les APK d’Android, d’autant qu’il existe une application non-officielle permettant d’accéder au Google Play Store.
Dommage que BlackBerry mette volontairement en danger sa propre plateforme, car au-delà des risques d’abandon, cet OS mobile est de loin le plus recommandable et productif qu’il m’ait été donné de tester.

Ubuntu Phone, Firefox OS et Tizen

👎
Ubuntu Phone m’a longtemps fait rêver : entre les promesses de convergence, la présence de Canonical et quelques bonnes idées, ce système d’exploitation semblait vraiment prometteur. Après des années de gestation, les premiers terminaux sous Ubuntu OS sont sortis cette année. Force est de constater que le système n’est tout simplement pas prêt. Quelques exemples de gros manques ? Aucune application e-mail par défaut, interface largement perfectible ou encore, gestuelles maladroites (ils ont attribué différentes actions à des mouvements beaucoup trop similaires), comptabilité limitée (pour les calendriers, vous ne pouvez choisir qu’un compte… Google. Belle ironie). Même le concept de l’OS me semble finalement bancal : les “scopes”, sorte d’écrans récapitulatifs à mi-chemin entre des applications et des widgets Android - sont redondants les uns avec les autres, voire directement avec les applications dont ils récapitulent les informations. Difficile de voir un avenir là-dedans.

Firefox OS avait des buts plus politiques que pratiques : le but de la fondation Mozilla était de détrôner Android sur les terminaux entrée-de-gamme, d’imposer un standard web pour les applications et d’équiper les populations les plus démunies. De bien beaux objectifs, qui n’ont malheureusement pas été tenus. Aujourd’hui, Mozilla est en train de reconsidérer son positionnement. Côté utilisation, FireFox OS est un clone “bon marché” d’Android : il tourne bien, mais ses fonctionnalités et son interface sont basiques et sans grand intérêt. Difficile d’y voir de l’intérêt face à des AndroPhones chinois vendus à prix cassés.

Aux abonnés absents depuis un moment, Tizen est un système d’exploitation porté par Samsung et Intel. Il est basé sur MeeGo, défunt projet lui-même héritié de Maemo et Moblin. Samsung a sorti des smartwatches tournant sur Tizen, mais les smartphones sont sans cesse repoussés. En outre, difficile de s’enthousiasmer pour l’OS tant il ne se démarque d’aucune manière : son seul intérêt est de menacer Android (si jamais Samsung se décide à faire migrer ses références vers son propre OS, Google pourrait y perdre gros).

Sailfish OS

👍
Les nostalgiques de Nokia savent peut-être que la société a perdu certains de ses plus brillants collaborateurs, au cours des dernières années. Ceux-ci se sont regroupés dans différents projets, dont “SailFish OS”, un fork de Mer, qui est un fork de Meego, qui est un fork de Maemo et Moblin (un beau pédigrée…). Ces anciens employés de Nokia ont alors fondé Jolla, une société dont le but est de promouvoir Sailfish OS et d’endiguer la pandémie Android. Jolla a mis au monde un premier téléphone fin 2013, puis une tablette en 2015. Son succès relativement timide ne lui ferme pas pour autant toutes les portes, puisque certains pays - dont la Russie - espèrent investir dans le projet pour se libérer de l’emprise des systèmes d’exploitation américains. Dommage de politiser le débat, mais si ça permet à SailFish OS de s’épanouir, alors pourquoi pas…
Sailfish OS est mon choix de secours si jamais BlackBerry choisit de mettre un terme à BBOS 10. Le système d’exploitation de Jolla est passé en version 2.0 depuis quelques mois et propose un maturité surprenante, en dépit de certains manques voués à être comblés rapidement. En sus, les applications Android tournent très (trop?) bien dessus : malgré un hardware milieu-de-gamme de fin 2013, le Jolla Phone est plus véloce que mon BlackBerry Passport dans ce domaine. Une excellente surprise !

0_1448285304399_Wikipedia-has-no-taste.jpg
Source: Wikipedia, arstechnica

last edited by AnubisVladTepas